-
Un Blog de vie et de couleurs / A blog to live & create

Un zeste d'enchères sur une montagne d'intentions !

     À l'occasion de ma troisième vente aux enchères qui prend fin le 17 décembre 2011, je vous présente les intentions qui habitent dans chacun des six tableaux proposés. 

 1) L'enfant intérieur 
     Chacun d'entre nous est la somme de multiples pièces de vie, tranches, années, voire secondes de vie. Ces morceaux de nous, semés ça et là dans notre passé, continuent de nous hanter dans le présent. Mais pour survivre, ils doivent s'alimenter de notre énergie présente. Et c'est notre choix de poursuivre leur alimentation ou de faire la paix avec eux pour pouvoir nous libérer, retrouver une partie de notre énergie et avancer plus fort dans notre temps présent. Ces fils du passé, sont nos toiles d'araignées humaines, collantes, empoisonnées et infernales.
 
Pour créer ce tableau, je me suis penchée sur une partie difficile de mon enfance. 
J'y ai déposé l'intention de protéger la joie de notre enfant intérieur afin que dans notre présent, notre joie puisse s'épanouir en toute sécurité, rayonne autour de nous et ne se laisse plus intimider par nos propres peurs et celles des autres. 
Ce tableau vous rappelle que vous avez le droit d'être joyeux même si autour de nous règnent des personnes continuellement dans le blâme. 
Il exprime la force : 
- de rester fidèle à la joie de son enfant intérieur, 
- de demeurer inaccessible aux sarcasmes,
- et de veiller à la solidité du bonheur de l'enfant à l'intérieur de nous. 

Puisse cette partie de nous, quelle qu'elle soit, s'amuser sur un trampoline infini et reconquérir la joie qu'elle mérite de vivre.

2) Jaune d'ombre
     Pour ce tableau, ma réflexion est partie de la relation intime entre notre ombre et notre lumière.

Quand je l'ai commencé, la première chose qui est arrivée est la ligne verticale blanche, séparant brusquement le tableau en deux. C'est ainsi que sont nées deux parties étroitement en interaction. Pour l'une, les couleurs étaient claires avec le règne de l'orange dans toutes sortes de dégradés. L'autre, par contre, accueillait davantage de bleus et du vert sombre.
L'opposition par les valeurs et le semblant de symétrie inachevée donnent toute sa magie à l'intention du tableau.

L'idée est de comprendre qu'en chacun de nous, existe un frottement constant entre deux forces opposées. C'est ce frottement qui créé notre énergie, telle une porte vers notre 99%. 

Entre la peur de notre ombre et l'amour de notre lumière, il existe aussi l'amour de notre ombre et la peur de notre lumière. Tout se reflète et tout est la fois ombre et lumière.
Mais comment aime-t-on son ombre et comment apprivoise-t-on notre peur de vivre dans notre lumière ?
À mi-chemin entre notre saboteur et notre challenger, un jour, on choisit le chemin spirituel et il n'y a pas de retour possible. Nos frontières se définissent alors progressivement, poussant notre jaune à intégrer notre ombre.
Et soudain, notre palette prend tout son sens : on a créé notre jaune d'ombre et la vie n'est plus jamais la même.

3) Seul Espoir
     Dans ce tableau, la symbolique du jaune est très importante. Quand je l'ai créé, je me demandais de quelle façon chacun exprimait ses limites personnelles et comment il les vivait.

Passionnée par la science de l'ennéagramme, neuf fleurs sont alors apparues à mesure que je peignais et, petit à petit, les touches de vert et de mauve ont pris leurs places par touche en arrière plan, créant un espace champêtre et une certaine harmonie malgré la différence entre les formes. Les formes se sont créées à leur façon, comme elles le désiraient. C'était surprenant de les voir organiser leur espace quasiment sans mon intervention. Elles ont chacune leur propre caractère et leur énergie est bien présente.

Vous trouvez donc ici 9 fleurs, figurant les neuf nombres de l'ennéagramme, science millénaire de l'étude de nos intégrations et de nos désintégrations.

Chaque fleur exprime son individualité et sa façon de rayonner. Quelle est la vôtre ?... pour le savoir, il vous faudra étudier l'ennéagramme, fermer les yeux et, seulement alors...  votre fleur apparaîtra !

4) Il n'y a rien à regretter
     Combien de fois certains se disent qu'ils auraient dû ci ou ça, ou bien que si c'était à refaire..., ou bien regrettent telle ou telle partie de leur vie ou tel ou tel événement. Mais ce qui est fait est fait et le seul choix qui nous reste est d'avancer.
Mais pour avancer, la paix avec tout ces "j'aurais dû" ou ces blâmes du passé... passé, est indispensable. 

La plupart du temps, ce qu'on regrette a à voir avec ce qu'on aime pas de soi, ou de tout ce qu'on ne veut pas montrer, de tout ce qu'on juge négatif de nous-même, ou tout simplement de cette partie de nous qu'on voudrait carrément voir disparaître. Mais ce n'est pas possible, toutes les pièces du puzzle sont indispensables à notre vie, et même les couleurs les plus sombres sont là pour nous aider à vivre et ... à évoluer.

Dans ce tableau, une fleur dans sa lumière est venue embrasser de ces longues pétales son ombre perdue. Elle nous encourage à arrêter de vouloir refaire le passé, d'en finir avec ces vampires du passé qui grugent notre présent et  de pardonner à ces parties. 

Comprenez vos fantômes et n'ayez plus peur d'avancer, c'est le plus grand cadeau que nous pouvons nous faire à nous-mêmes et aux autres. Chacun de nous peut trouver des tonnes de raisons d'aimer ses parties sombres et comprendre leurs bons côtés. 
Vous le savez bien, il n'y a pas de lumière sans ombre !

5) Aimer avec détachement
     À ce moment, je méditais sur l'amour avec détachement, qu'est-ce que c'est que ça ? Est-ce de l'indifférence ? du manque de compassion, du manque de gratitude ?Pour le comprendre, je me suis penchée sur le contraire, sur l'attachement. Dans le "attacher", j'ai compris l'addiction latente et l'obsession compulsive qui règnent dans l'amour sans détachement. Chacun des deux devient alors "malade" de l'autre.

Parfois, aimer, c'est quitter, c'est arrêter, c'est prendre du temps seul, c'est sortir de la pièce, c'est apprendre à respirer et vivre sa joie sans la peur de décevoir l'autre qui, lui, choisit de vivre dans la dépression ou l'addiction. On ne peut changer l'autre, on ne peut changer ses peurs, on peut l'accompagner et être là pour lui mais pas à notre détriment, pas au prix de notre propre respect personnel. 
À force de vouloir "aider" l'autre et de vouloir se changer soi pour aider, on s'oublie, on se perd, on devient invisible et on meurt de ne plus exister pour soi. 
Pour aimer, il faut apprendre à s'aimer, apprendre ses limites et les respecter bon gré mal gré, même si l'autre nous déteste pour ça. 


Car c'est grâce à notre amour pour nous-même que lui aussi finira peut-être par s'aimer suffisamment un jour pour arrêter de faire dépendre toute sa vie et ses émotions de notre comportement ou de l'attitude de quelqu'un d'autre. C'est difficile mais c'est essentiel.
Aimer, c'est exister sans l'autre, c'est donner sans vouloir recevoir, c'est se donner sans s'emprisonner, c'est savoir dire non et savoir se dire oui.

Dans ce tableau, deux formes, cohabitent et évoluent sur leur chemin, en parallèle et tout le monde autour grandit avec eux, c'est ça l'amour avec détachement.

6) S'aimer soi-même
     Après une vingtaine d'années passées dans un domaine particulier et sous une fonction particulière, on peut dire qu'on est irrémédiablement imprégné et notre identité profonde est depuis longtemps enterrée confortablement sous une tonne d'occupations volontairement prenantes.

Il s'agit alors, un jour, de se retrouver et de prendre le temps de redécouvrir qui on était versus ce qu'on est devenu puis de se rapprocher à nouveau de qui on est vraiment. Difficile parcours que celui de distinguer le paraître de l'être. Difficile de laisser parler son âme en toute liberté après tant de temps passé à l'ignorer sous une pseudo passivité.
La question que je me posais quand j'ai peint ce tableau est "qui je suis ?" et voilà ce qui est apparu, des bulles, de la lumière, des vagues de bleu et rouge. Pas de formules mathématiques, plus d'inconnues ni d'équations à résoudre, juste le soleil et la joie que je retrouve peu à peu sous les montagnes de mon temps mathématisé à l'infini. 


Ce tableau vous dit que trouver qui on est et aimer qui on est, est le seul choix possible.
Trouver qui vous êtes, trouvez ce qui vous fait vous lever le matin et votre direction deviendra irrésistible à vos yeux, comme un papillon attiré par votre propre lumière, vous ne pourrez plus ignorer le besoin de votre âme de s'accomplir quelle que soit la vie que vous désirez suivre, dans le respect des quatre portes.. bien sûr ;-)


Prenez soin de vous,

MarJoLi 

0 commentaires pour Un zeste d'enchères sur une montagne d'intentions !:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment